Politique nationale / Abel Djohoré (député Rdr) révèle: « Le Pdci et...

Politique nationale / Abel Djohoré (député Rdr) révèle: « Le Pdci et l’entourage du président Soro ont fait un pacte depuis Paris »

19
0
PARTAGER
Le député du Rassemblement des républicains (Rdr) pour les circonscriptions d’Ouragahio, Bayota, Dahépakehi et Yopohué, Abel Djohoré Gbakayoro, a suggéré, lors d’un échange téléphonique, jeudi 17 mai 2018, que la réticence du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci)

à s’engager dans le projet de parti unifié découle d’une connexion qui a eu lieu le dimanche 02 juillet 2017 à Paris, entre Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale, et Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda. «  Le Pdci et l’entourage du président Soro ont fait un pacte depuis Paris. Le pacte qu’eux-mêmes connaissent. Et c’est ce pacte qui tue le parti unifié. Le parti unifié tue les agendas cachés de certains hommes politiques parce qu’ils ont pensé que le Rdr était en déliquescence, donc il fallait s’organiser pour lui porter l’estocade. Malheur pour eux, le Rdr ne mourra pas. Il gardera le pouvoir avec les autres alliés qui veulent aller en Rhdp, parti unifié », a dit M. Gbakayoro, interrogé par L’inter.
Depuis Abuja, où il séjourne dans le cadre de la 1ère session parlementaire de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), l’élu a déclaré, à propos du Pdci de M. Bédié : « de toutes les façons, les militants du Rdr ne seront pas malheureux que le Pdci ne soit pas dans le parti unifié ». Abel Gbakayoro a estimé que son parti, le Rdr, devrait compter, avant tout, sur lui-même. « Nous devons compter sur nous-mêmes d’abord parce qu’il y a des gens qui pensent que nous sommes en déroute. Le président Ouattara, en voulant bien faire, a donné des postes stratégiques au Pdci, qu’ils ont pris pour entretenir leur parti », a avancé Abel D. Gbakayoro, également secrétaire général adjoint (Sga) du Rdr chargé de la planification stratégique et des statistiques politiques.
Le député d’Ouragahio est apparu agacé par les atermoiements du Pdci, seul grand parti au sein de la coalition houphouétiste, à n’avoir pas, à cette date, tenu un congrès sur la question du parti unifié. « Pour aller à un mariage, il faut être deux. Le président a montré toutes les preuves de sa bonne foi pour entraîner le Pdci à consolider le Rhdp en tant que parti unifié, mais si le Pdci a une autre logique, nous sommes désolés, on ne pourra pas les forcer », a argué le Sga du Rdr.
Abel D. Gbakayoro, cadre de l’ex-rébellion, a répondu à Alain Lobognon, lui aussi Sga du Rdr, et figure connue de l’ex-rébellion. M. Lobognon, dans une interview à l’agence de presse alerteinfo, publiée, lundi 14 mai 2018, a affirmé ne pas croire au parti unifié. « En tant que militant du Rdr depuis 1994 et ayant vu des vertes et des pas mûrs, nous disons que vouloir aller au parti Etat sous le vocable de parti unifié, c’est tuer la démocratie en Côte d’Ivoire », a analysé M. Lobognon, ex-ministre des Sports. « Ceux qui ne croient pas au parti unifié, comme le ministre Lobognon, on ne leur demande pas d’y croire. On demande de constater que le Rhdp, parti unifié, est une réalité et une chance pour les Ivoiriens pour consolider la paix, la cohésion, la stabilité et continuer la marche vers l’avant », a réagi Abel Djohoré Gbakayoro. « Est-ce que le Rhdp regroupe tous les partis de Côte d’Ivoire ? Donc le jeu démocratique est toujours ouvert. (…) En quoi l’avènement du Rhdp en parti unifié tue la démocratie en Côte d’Ivoire ? », a interrogé le député d’Ouragahio.
S’agissant de la candidature de Guillaume Soro à la présidentielle de 2020, réclamée par ses lieutenants, M. Gbakayoro a estimé que les tenants du projet devraient demander à M. Soro de rendre le tablier du poste de président de l’Assemblée nationale qu’il occupe grâce au Rdr. « Queceux qui demandent la candidature de Guillaume Soro en 2020 lui demandent également sa démission du poste de président de l’Assemblée nationale. Qu’ils l’amènent à démissionner du Rdr, de la vice-présidence de ce parti. Ce parti est structuré, coordonné, discipliné, donc aucun cadre ne peut se frayer un chemin tout seul », a développé le député d’Ouragahio.
M. Gbakayoro a abordé un autre point : le supposé « verrouillage » de Guillaume Soro au 4e congrès extraordinaire du Rdr, samedi 5 mai 2018, qui a approuvé le parti unifié. « Lorsqu’un parti politique tient son congrès, il met en place des structures et quel que soit le rang qu’un militant occupe, il se fond dans les structures du parti. Donc, Guillaume Soro n’avait pas droit à la parole au 4e congrès du Rdr », a étayé Abel D. Gbakayoro.
A Abuja, le député d’Ouragahio planche, au côté de ses collègues parlementaires de la Cedeao, sur des questions telles que la monnaie unique et le renforcement de la libre circulation des hommes et des biens dans la zone Cedeao.

LAISSER UN COMMENTAIRE