Identification des abonnés mobile : Les raisons profondes de la reconduction de...

Identification des abonnés mobile : Les raisons profondes de la reconduction de l’opération

22
0
PARTAGER

Elle a créé de nombreuses incompréhensions et inquiétudes chez les populations notamment en ce qui concerne les véritables motivations d’une telle opération.

Organisée par la Fédération des associations de consommateurs de Côte d’Ivoire (Fac-Ci), la célébration de la journée mondiale des consommateurs a été le lieu pour l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (Artci) d’éclairer les populations sur l’opération d’identification. Koffi, chef du service juridique à l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (Artci,) a donné les raisons de cette opération. A en croire ce responsable au sein de l’autorité de régulation, elle s’inscrit dans la logique du gouvernement de parvenir à un identifiant unique pour chaque individu.

En effet, a-t-il expliqué, il s’agit pour le gouvernement de disposer d’informations fiables sur chaque individu qui bénéficiera d’une identité numérique lui permettant d’effectuer la grande partie des opérations administratives, l‘établissement de permis de conduire, d’actes de naissance, …). Aussi, a indiqué M. Koffi qui intervenait le 15 mars 2018 à l’occasion de la célébration nationale de la Journée mondiale des consommateurs, il importait pour le gouvernement d’entamer la mise en place de cette base de données par les abonnés mobiles dans la mesure où cette frange de la population, estimée à 95%, est assez représentative de l’ensemble de la population nationale.

Sur l’intérêt de l’opération, le conférencier a fait savoir qu’elle contribuera à lutter contre la cybercriminalité en identifiant clairement les propriétaires des terminaux mobiles, tout en sécurisant les données personnelles. A ce sujet, il a fait remarquer que des dispositions existent en vue de la protection des données desdits abonnés. « Le gouvernement a lui-même adopté des lois qu’il va respecter. Même le gouvernement ne peut pas disposer de vos données sans une raison sécuritaire clairement définie », a assuré le responsable de l’Artci.

A la question de savoir pourquoi l’opération a été reconduite après une première phase, il a fait savoir que des identifications, lors de cette phase, avaient été mal faites, certains individus ayant réussi à profiter des failles du système pour ne pas se faire identifier. Une situation dont l’une des principales conséquences a été, selon M. Koffi, la difficulté de définir les responsabilités dans les cas de cybercriminalité ou encore mener certaines enquêtes policières.

LAISSER UN COMMENTAIRE