Côte d’Ivoire / Guibéroua: privées d’eau depuis 3 mois, les populations descendent...

Côte d’Ivoire / Guibéroua: privées d’eau depuis 3 mois, les populations descendent dans la rue

39
0
PARTAGER

Les populations de la ville de Guibéroua (296 km au Centre-ouest), privées d’eau depuis trois mois, sont descendues, jeudi matin, dans la rue pour manifester leur colère, a appris APA, de sources proches des manifestants. Selon Donald Gnahoré, habitant de la ville, joint au téléphone par APA, les manifestations de ce jour ont débuté par une  »grève » des élèves qui  »protestent contre la date officielle des vacances de Noël ». » Ils ne veulent plus aller au cours au motif que les notes du 1er trimestre étant arrêtées, ils souhaitent anticiper sur les vacances de Noël fixées au 22 décembre », raconte-til. Très rapidement, selon lui, les populations sont sorties  »spontanément » aux cris de  »on veut de l’eau ».

De fait, poursuit la source, les robinets sont complètement secs dans la ville de Guibéroua depuis trois  »longs mois ». Successivement, les manifestants qui ont érigé des  »barages à l’entrée nord et entrée sud de la ville pour ne laisser rentrer aucun véhicule », ont investi les  »locaux de la mairie, de la sous- prefecture et de la Sodeci ». Face à cette situation, les commerces ont baissé les rideaux, le transport perturbé et la ville paralysée.

 »Si nous n’avons pas de l’eau dans les robinets ,il n’y aura pas d’elections législatives dimanche ici. Nous sommes fatiguées de parcourir de longues distances à la recherche d’eau potable dans les villages environnants », s’insurge une manifestante, jointe, également, au téléphone.

Selon d’autres sources, dans leur colère, les populations ont arraché les affiches de tous les candidats (douze au total), en campagne dans la zone, pour les législatives du 18 decembre.

L’unique société de distribution de l’eau du pays, Sodeci, explique cette pénurie par  » la vétusté des installations techniques qui sont dépassées aujourd’hui avec l’augmentation rapide de la population et la forte demande en eau », justifie un agent qui a requis l’anonymat.

LAISSER UN COMMENTAIRE